Un moyen très simple d’augmenter ses chances de grossesse.

//Un moyen très simple d’augmenter ses chances de grossesse.

Un moyen très simple d’augmenter ses chances de grossesse.

Plusieurs facteurs liés au mode de vie, comme le tabagisme et l’obésité, ont toujours été associés à un délai de grossesse ou à une infertilité plus longs, mais le rôle du régime avant conception chez les femmes demeure mal étudié. Des aliments plus sains ou des habitudes alimentaires ont été associés à une amélioration de la fertilité. Cependant, ces études se sont concentrées sur les femmes déjà diagnostiquées ou recevant des traitements contre l’infertilité, plutôt que dans la population générale.

Des équipes australiennes et anglaises ont fait une étude de cohorte multicentrique basée sur la grossesse et portant sur 5628 femmes nullipares présentant des grossesses uniques à faible risque.

Les données sur le délai de grossesse (TTP)  rétrospectivement rapporté et l’apport alimentaire avant la conception ont été recueillies lors de la première visite d’étude prénatale (14-16 semaines de gestation). L’information alimentaire pour le mois précédant la conception a été obtenue à partir de questions sur la fréquence des aliments pour les fruits, les légumes à feuilles vertes, les poissons et les aliments de préparation rapide, par une sage-femme de recherche.

Des apports plus faibles en fruits et des apports plus élevés en restauration rapide  (Fast food) ont tous deux été associés à des petites augmentations du délai de grossesse et de l’infertilité. Les différences absolues entre les catégories de consommation de fruits et de restauration rapide les plus basses et les plus élevées étaient de l’ordre de 0,6 à 0,9 mois pour le délai et de 4 à 8% pour l’infertilité.. Les limites de l’étude apparaissent sur la collecte de données alimentaires rétrospectives et sur une gamme limitée d’aliments. Les données sur l’alimentation paternelle n’ont pas été recueillies.

Ces résultats soulignent l’importance de considérer le régime de préconception sur la fécondité et sur des conseils avant la conception. D’autres recherches sont nécessaires pour évaluer un éventail plus large d’aliments et de groupes alimentaires pendant la période préconceptionnelle.

L’infertilité, définie comme l’absence d’une grossesse cliniquement détectable sur 12 mois, affecte des millions de couples dans le monde et est associée à un fardeau émotionnel et économique important. De nombreux facteurs liés au mode de vie maternel et paternel sont associés à des réductions de la fécondité, notamment le tabagisme, une consommation excessive d’alcool, les drogues récréatives, ainsi que l’obésité maternelle et paternelle. Alors que beaucoup de ces facteurs liés au mode de vie peuvent être liés au régime alimentaire, les impacts spécifiques du régime maternel avant la conception sur la fertilité restent peu étudiés. Pour compléter cette étude, une plus grande adhésion au régime alimentaire méditerranéen, qui comprend une consommation plus importante de fruits, de légumes et de poisson, a été associée à un plus petit nombre de couples consultant un médecin pour difficultés de conception. En revanche, une plus grande consommation d’aliments à indice glycémique élevé) et une consommation d’énergie plus élevée provenant acide gras trans sont associées à un risque accru d’infertilité ovulatoire. Dans l’ensemble, ces études indiquent que les aliments plus sains ou les habitudes alimentaires sont associés à une amélioration de la fertilité. Étant donné que le régime alimentaire est un facteur modifiable reconnu pour toute une série de problèmes de santé, l’identification des groupes d’aliments associés à l’infertilité serait une pourrait  aider les femmes à améliorer le succès de la grossesse. Fruits ou fast food, il faut choisir.

2018-07-20T19:30:22+00:00

Contactez-nous

Equipe centre amp st roch